infos-reportages.— Décrivez-vous à nos lecteurs qui sont passionnés de la mode ?

Mag Picard.— J’ai 44 ans et je suis éducatrice de jeunes enfants. Je suis également modèle depuis bientôt  3 ans. J’ai commencé sur le tard. J’avais répondu à une annonce ou un photographe cherchait un modèle de 40 ans, j’avais envie d’essayer pour voir. J’ai toujours aimé la photo, la peinture. Alors je me suis dit pourquoi pas. J’ai été agréablement surprise cela m’a donné envie de continuer. De là beaucoup de photographes m’ont contactée pour travailler avec eux.

 
 
 
 
 
 

Qui sont-ils ?

Ce sont essentiellement des photographes. Je reste fidèle envers certains qui me suivent depuis le début dont Patrick Simon qui a été mon premier photographe et qui m’a donné envie de continuer par son respect et son talent, Didier Gautier, Jean Jacques Serial Kraft, Mike Kemp, Christophe Lebreton et il y’en a d’autres… Je travaille également depuis deux ans en duo avec le modèle Stéphane Corre (assistant maternel).

Vous avez participé à plusieurs élections dans la mode. Racontez-nous votre parcours ?

J’ai participé à l élection de « Madame France ». Les organisateurs m’ont contactée via mon book, et comme j’aime les défis, j’y suis allée.

En avril 2017, vous apparaissez à la Une d’un magazine en Chine, racontez-nous cette aventure ?

Il y a moins de 2 ans, un photographe américain, Mike Kemp, me contacte via modèles Bretagne, pour une campagne publicitaire, un shooting photo « lifestyle » en duo avec un modèle que je ne connaissais pas. Nous devions représenter un couple français avec beaucoup de complicité dans les vignes du château de Brissac (le plus haut château de France). Chose pas évidente quand on ne s’est jamais vus. Mais nous l’avons fait, nous avons relevé le défi ! Je tiens à préciser que nous ne sommes pas un couple comme certaines personnes ont pu penser. D’ou la difficulté. Mais nous sommes devenus de grands Amis avec une belle complicité. Nous avons eu la chance de faire une deuxième campagne publicitaire avec ce même photographe et une troisième dernièrement, il y a un mois et demis. À ce moment là, nous ne savions pas que nous étions diffusés dans autant de pays, car il y a toujours un temps de décalage pour le savoir. Nous avons été diffusés aux États-Unis et Angleterre pour « The grape », « Wine Tours », « The Spruce ».

J’ai également été diffusée en solo en Espagne ainsi que Stéphane. Et effectivement nous avons été en couverture d’un magazine chinois en avril 2017.

 
 
 
 
 
 

Pour quel magazine ?

Ce magazine est World affairs pictorial.

Vous réalisez une campagne publicitaire depuis quelques mois en quoi consiste-t’elle?

Nous ne savons pas à l’avance où vont aller ces photos. En fait, le photographe à des clients, mais doit garder le secret. Il y a aussi des photos qui se retrouvent par la suite en vente sur « Getty Images ou d’autres banques d’images ».  Nous devions représenter un couple dans des scènes de vie tout en gardant un certain naturel.

Vous rencontrez un succès grandissant, que souhaitez-vous réaliser d’autre ?

Continuer à travailler avec mes photographes fidèles depuis le début. J’aimerai avancer en duo avec Stéphane car je me dis que si ses photos ont été autant publiées à l’étranger alors nos profils peuvent intéresser, avis aux agences, ce qui n’empêche pas aussi de poursuivre en solo.

Que souhaitez-vous montrer ou décrire à travers vos photos ?

Représenter la féminité sans vulgarité, le naturel, l’authenticité. Poser devant un objectif est un moyen d’exprimer des sentiments faire ressortir une certaine sensibilité cela représente pour moi une sorte de défi à relever, en essayant de transmettre au photographe des comportements, des émotions mais de façon non verbale.

Enfin, pouvez-vous nous raconter vos plus beaux souvenirs photographiques ?

Ah, mais il y en a plein ! Mais mon premier plus beau souvenir sont mes trois campagnes publicitaires avec Mike Kemp et Stéphane. Mon deuxième plus beau souvenir était il n’y a pas très longtemps. Un père de la structure où je travaille vient me solliciter pour participer à un défilé. Il tient un magasin de vêtements hommes et femmes LAMBERT dans la ville où je travaille à Saint Hilaire-du-Harcouët (50). Il me demande de présenter quelques tenues et de clôturer ce défilé en robe de mariée très imposante. Je n’avais jamais défilé… Mais, il m’a fait confiance. J’ai passé une journée extraordinaire, beaucoup d’émotions, d’échanges avec des personnes géniales, je me suis sentie très soutenue et j’ai aussi réussi ce défi grâce à ce bel esprit d’équipe !

Propos recueillis par Benjamin Rémon avec Jonathan Tessier
images © Mag Picard