Une nouvelle année du Bal des parisiennes commence, « la marraine » de la précédente édition (Mohini Appavoupillai – Garnier) , nous raconte son année avec toutes les émotions que procure ce Bal d’exception sans oublier l’amour de la valse qui existe entre Paris et Viennes.

infos-reportages _. Présentez-nous le bal des parisiennes ? L’origine, l’équipe organisatrice et le concept ?

Mohini: Le Bal des Parisiennes, le Bal Viennois de Paris, permet depuis plus de 3 ans de rassembler près de 1000 personnes dans un lieu parisien magnifique (Grand Hôtel Intercontinental) pour passer une soirée d’exception.

Placé sous le signe de l’élégance, de la convivialité et du partage, le bal est extrêmement complet: dîner de gala, défilé de robes de bal, Ballet de l’Opéra de Paris, récital d’opéra, cérémonie d’ouverture à la viennoise. Il y a bien entendu les différentes chorégraphies des Débutants et bien d’autres surprises encore sauront vous émerveiller jusqu’au petit matin.

L’équipe organisatrice est composée de nombreuses personnes qu’on ne pourrait toutes citer. Il y a Monsieur et Madame Charles de Lauzun qui président le Bal mais aussi une équipe de personnes bénévoles pour le son, la boutique éphémère du bal, l’animation sur les réseaux sociaux… Ce sont toutes des personnes qui participent activement, sur leur temps libre, à l’organisation du bal presqu’un an à l’avance.

Vous étiez marraine du bal cette année, il y a-t-il aussi un parrain ? Quels sont leurs rôles et pourquoi cette tradition ?

Le système de parrain et de marraine permet de créer une véritable communauté des Débutants et Débutantes qui ont ouvert et qui vont ouvrir le Bal des Parisiennes.

J’ai eu la chance de pouvoir être la Marraine du Bal des Parisiennes 2017 avec Gérôme Egron, le Parrain qui était également Débutant avec moi en 2016. Nous avons fonctionné en binôme tout au long de l’année.

Notre rôle est tout simplement d’accompagner la nouvelle promotion de Débutants et Débutantes : les encourager, participer à leurs entraînements de danse, répondre à leurs questions pratiques mais aussi participer à la cohésion du groupe en réglant les quelques désaccords. Cela fait partie intégrante du job si je puis dire !

Avoir été Débutants avant d’être parrain ou marraine permet justement d’aider efficacement les nouvelles recrues car nous avons-nous aussi vécu la même aventure quelques mois auparavant. Cela nous rend donc très naturellement proches.

Décrivez-nous vos souvenirs les plus marquants de cette année ? 

Difficile d’en sélectionner tant il y en a ! Lors de la préparation, il est magique de voir l’évolution de chacun des 40 Débutants. Certains ont des bases, d’autres n’en ont pas. Constater les progrès du groupe, mois après mois, puis les voir danser tous ensemble de façon synchronisée le jour J m’a beaucoup plu.

D’ailleurs, quelques minutes avant que les Débutants ne fassent leur entrée, j’étais aussi stressée qu’eux car ils n’ont que quelques minutes sur scène pour partager leur travail et leur plaisir de danser avec les invités alors qu’il y a eu en coulisses près de 70h de danse.

Quelles sont les conditions pour devenir débutant ? 

Avoir tout simplement envie de participer à une aventure humaine et artistique. Contrairement à d’autres Bal dans le monde, les Débutants du Bal des Parisiennes ne sont pas sélectionnés sur le niveau de danse. Il faut néanmoins faire preuve de bien des valeurs : rigueur, détermination, solidarité, patience… Ce n’est pas un événement pour briller individuellement mais bien un défi à réaliser tous ensemble, collectivement.

Quelles sont les types de  danses que vous apprenez ?

Nous apprenons la valse viennoise à trois temps ainsi que la polka. Une pour le coté romantique et une pour le cardio (rires) !

Quel titre de musique écoutez-vous le plus souvent pour apprendre à valser ? 

The second waltz d’André Rieu, le Beau Danube Bleu…Il y a des classiques mais notre Maitre de danse, Charles, nous a fait danser sur une valse plus originale en 2016 : la valse des sports de Siegfried Translateur.

Etre Débutant ce n’est pas seulement aimer danser. Il faut aussi s’intéresser à la musique et à la culture viennoise. Charles prend justement le temps de nous expliquer en début d’année l’origine des bals Viennois et la tradition spécifiquement française des bals : Paris a aussi une immense tradition festive !

Qui sont les Débutants et les Débutantes qui réalisent le spectacle de fin d’année ?   Il y a-t’il différents niveaux ? 

Les Débutants sont des jeunes de moins de 35 ans, étudiants, actifs, de milieux et de cultures différents. Ce melting-pot, si je puis dire, rend cette aventure encore plus palpitante. On y rencontre des personnes que l’on ne croiserait pas forcément dans son train-train quotidien.

Des célébrités de la ville de Viennes sont-elles présentes également ? Qui sont-elles ?.

Le bal est placé sous le haut patronage de Madame Ulrike Butschek – Ministre plénipotentiaire à l’Ambassade d’Autriche à Paris et de Monsieur Stéphane Bern – Journaliste et écrivain.

Lors de la soirée, nous avons aussi un comité d’honneur composé de différentes personnalités avec par exemple S. E. Monsieur Harald Stranzl – Ambassadeur délégué permanent de l’Autriche auprès de l’UNESCO, Monsieur Eric Mestrallet, Président de la Fondation Espérance Banlieues…

Qui sont les différents artistes qui ont réalisé une présentation devant les invités ? 

Nous avons eu le plaisir d’avoir des danseurs du corps de Ballet de l’Opéra de Paris, un récital d’opéra chanté par Marine Costa et Thibault de Damas … Des démonstrations de danse ont aussi rythmé la soirée : Louise David-Gauna et Mariano Gauna, champions de France de tango 2015, nous transporté à Buenos Aires, la Compagnie des Rats de Cave nous a communiqué son énergie avec du swing et du be-bop alors qu’Emilie et Franck nous ont fait rêver avec du west coast swing.

Dans chacune des disciplines proposées, les meilleurs sont venus partager leur passion au Bal des Parisiennes.

Que souhaitez-vous dire aux nouveaux débutants pour la prochaine édition ?

Je les invite à profiter de chaque moment avec le groupe car participer au Bal des Parisiennes en tant que Débutant est une expérience unique qui marque à vie. C’est aussi un rêve pour bien des filles alors je n’ai qu’un seul mot d’ordre : savourez et bienvenue dans la famille du Bal des Parisiennes, le Bal Viennois de Paris®!

Un mot pour l’équipe organisatrice et les élèves ? 

Bon courage pour l’année à venir et bonne chance pour l’édition 2018 ! Nous avons hâte de vous retrouver le samedi 16 juin 2018 pour vivre avec vous ces nouveaux moments de grâce et de magie ! Plus d’infos sur le site officiel : wwww.baldesparisiennes.com

Images et propos recueillis par Benjamin Rémon avec la participation de François régis Salferan